Jardin en cours # épisode 05

Jardin en cours

Jardin en cours # épisode 05

Partir de rien? Ou commencer sa première récolte…?

Est-ce que lorsque l’on commence un jardin, on part de rien?

Dans le cadre de mon aventure, je suis évidemment convaincue du contraire! Comme je l’ai expliqué dans mes autres billets, je compte utiliser les végétaux présents pour, par exemple, tenter des greffes. Mais dans mon jardin, j’ai parfois aussi volontairement laissé certains végétaux, qui ont pourtant failli trépasser sous les lames du sécateur d’un de mes coéquipiers! Et grand bien m’en a pris, car ce petit arbre, en l’occurrence un cerisier aigre, m’a offert d’intéressantes cerises!

J’ai aussi pu faire, dans une autre partie du jardin où j’avais repéré des feuilles de fraisiers, une première récolte de fraises des bois…

Premiers semis

Je me suis attelée, sur deux après-midis, à essayer d’arracher les racines de feu les Lonicera. L’affaire s’est avérée beaucoup plus compliquée que je ne l’imaginais!

Premier essai :  3m² en 4h

Deuxième essai : 4m² en 3h

On notera certes une amélioration, mais peu avantageuse, entre ces eux essais. Quel est le changement entre les deux? Non, je ne suis pas devenue subitement hyper costaude, j’ai juste trouvé un outil plus adapté. Cependant, à 1m² près, je ne suis pas satisfaite de ce « rendement » et je me demande comment je vais réussir à venir à bout de ces racines (50m² à nettoyer). Laisser la Nature faire ne conduira qu’à la reprise de ces maudits Lonicera (ce qui se produit à d’autres endroits du jardin). Le faire à la main, seule, entraîne mon désespoir, des ampoules et des coups de soleil (si le temps est favorable). Il me reste donc deux options: me faire aider, et/ou employer un engin motorisé.

Je n’ai pour le moment pas de conclusion à apporter à cet essai, car je n’ai pas avancé au-delà de ces 7m²!

Par contre, j’en ai profité pour semer à la volée un mélange d’engrais verts, composé de : moutarde, phacélie, trèfle incarnat, luzerne et sarrasin. Ce n’était absolument pas la bonne saison (un peu tard ou un peu tôt, c’est selon), cependant, j’ai eu l’agréable surprise de voir de petites pousses pointées le bout de leur nez lorsque je suis revenue quelque temps après. Il est vrai que le résultat est pour le moment ténu, et je ne suis pas du tout sûre que cela passera l’été, mais j’aurais tenté !

Continuer l’exploration des frontières

Au vue de mon avancement réduit sur le front de l’arrachage de racines, j’ai commencé à nettoyer l’angle Nord du terrain, lequel est aussi bordé des Lonicera maudits…

Cette partie du jardin est sombre, elle ne reçoit pas de soleil direct ou très peu. L’ensemble a un aspect sauvage, dans un autre style que celui de la friche armée, avec des plantes de sous-bois aux tons vert soutenu. On trouve par exemple du Stachys sylvatica, qui indique ces conditions de milieu ombrée, mais aussi un sol plus humide (autant que faire se peut, car le jardin étant implanté sur une pente de la Butte de Doue, qui est sableuse, le sol est très drainant). La zone est donc assez enfermée sur elle-même, bien qu’elle jouxte un chemin municipal.

Là aussi, le lierre grimpe sur tous les troncs, occultant leur état général.

Découvertes # épisode 05

Le nettoyage du Lonicera permet de dégager une vénérable aubépine, qui porte deux troncs d’un diamètre de 18cm environ. Elle s’est  élancée vers la lumière et n’arbore donc pas un port arbustif comme on le voit souvent.

Le dégagement met aussi à jour une absence de clôture, ce qui m’ennuie un peu… Je ne souhaite pas que le jardin soit ouvert à tous vents, car je dois déjà nettoyer les accumulations de canettes et autres bouteilles de bières et d’alcool, qui ont été jetées un peu partout dans le terrain…

Le trou en cours de tressage

J’avance cependant dans mon éclaircissage, et découvre deux anciens poteaux de clôture, joints par des barbelés. Ils sont trop courts pour faire la jonction du trou. Néanmoins, je bricole, avec les moyens du bord, un système pour les maintenir d’aplomb et ainsi « boucher » la béance. Ce bricolage n’étant pas assez occultant à mon goût, je décide de tirer parti du monticule de tiges de ronces que j’ai enlevé pour les tresser entre les poteaux et rendre le tout plus hermétique.

Après 1h de vannerie improvisée, je suis satisfaite du résultat: l’ensemble a une jolie facture champêtre. Les ronces, en fleurs au moment de leur utilisation, agrémentent joliment cette clôture végétalisée. Je sais que bientôt tout cela séchera, mais cela fait naître des idées pour la suite…

Ma clôture tressée improvisée vue depuis l’intérieur de la parcelle
La clôture tressée depuis le chemin communal – vue 1
La clôture tressée depuis le chemin communal : insertion dans le paysage
Détail de face de la clôture tressée, composée de ronces, de branches mortes et de quelques longues tiges de Lonicera

La bonne surprise lors de ce nettoyage c’est que le fait d’avoir dégager les Lonicera ouvre le jardin vers le chemin communal, permettant d’instaurer un échange avec les passants (ce que je pratique pendant mes travaux), mais également avec la Butte. Ce dialogue retrouvé avec le beau paysage environnant est une surprise très plaisante: cette vue est à mettre en avant comme point fort du jardin. La lumière peut par ailleurs de nouveau entrée dans cet espace, le liant à son cadre.

Je ne m’attendais pas à trouver aussi plaisante cette ouverture : j’ai donc décidé, dans les prochaines actions, de poursuivre cette dynamique.

Ce jardin se veut mon terrain d’expérimentation mais aussi un lieu d’échange avec les personnes intéressées, qu’elles soient du village ou d’ailleurs, donc il me paraît cohérent de créer des ouvertures visuelles avec « l’extérieur ».

L’angle Nord de la parcelle s’ouvre sur son environnement, les jeux de lumière se font jour

Autre joyeuse découverte dans ce ménage: la présence d’un figuier (dont on aperçoit les feuilles à droite de la photo), qui s’est implanté tout seul. Je suis ravie de compter un fruitier de plus dans le jardin!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *