Conception d’un petit jardin urbain et nourricier

Conception paysagère

Conception d’un petit jardin urbain et nourricier

État des lieux

J’ai eu la chance de travailler sur la conception d’un petit jardin urbain d’environ 80m², au cours de l’année 2019.

Le jardin se trouve devant la maison et fait front à la rue résidentielle. Il appartient à une famille : un couple et trois enfants.

Actuellement, le jardin comporte un sol irrégulier, avec notamment une marche juste après l’entrée, qui rend l’accès difficile, surtout avec une poussette et de jeunes enfants. Le terrain comporte peu de végétaux, il est assez nu.

Plan de l’existant

Un figuier croît le long de la clôture avec un mahonia et un laurier noble, un rosier se déploie aux côtés d’un forsythia et d’un buddleia… Quelques vivaces rescapées des travaux (Cœur de Marie, menthe et géranium) survivent de ci-delà. Le reste consiste en une pelouse assez dégradée, avec bosses et trous.

Parmi les végétaux existants, certains « méritent » d’être conservés, car ils apportent d’autres bénéfices qu’esthétiques, tandis que d’autres ne sont pas du goût des propriétaires ou des murs (laurier noble).

Premières pistes de réflexion

Les besoins identifiés sont assez clairs : rendre le cheminement plus fluide, avoir un espace au soleil pour mettre table et transats, masquer les poubelles, avoir des fleurs et des plantes comestibles.

L’orientation du jardin est globalement favorable à ses demandes, un des deux murs étant particulièrement bien exposé au soleil.

Première proposition d’aménagement du jardin

Afin de faciliter le cheminement, j’ai proposé de mettre en place une allée reliant directement le portillon côté rue à la porte de la maison. En effet, les trajets directs sont toujours ceux que nous empruntons naturellement.

Les enfants profiteront eux aussi du jardin pour jouer : la pelouse Sud leur est dédiée. C’est la partie du jardin qui reçoit moins de soleil (ombre projetée du mur aidant) : ainsi cette contrainte devient un atout pour les protéger des UV.

La pelouse ensoleillée sera dédiée à l’espace de repas estival, ainsi qu’aux bains de soleil.

Le jardin étant très restreint, les massifs viennent en accompagnement des zones engazonnées. Ils permettent aussi de s’isoler de la rue et des regards indiscrets.

Un espace « technique » se trouvera à droite en entrant dans le jardin. Il regroupera la zone de stockage des poubelles, le futur composteur et le garage à vélos. Sa proximité avec la porte d’accès à la rue rend plus aisées les déplacements.

Quand le végétal adoucit le minéral et l’urbain
Vue du jardin en arrivant depuis la rue

Les plantations bordent les espaces de gazon. La verticalité des murs est mise à profit pour y disposer des grimpantes fleuries côté ombragé et nourricière sur le mur ensoleillé.

Arbustes et vivaces viennent densifier l’offre végétale, afin de créer un cocon de verdure.

Vue du jardin depuis la maison, en regardant vers la rue

Un arbre fruitier vient agrémenter le massif gauche, et permettra de contrer les vis-à-vis depuis les fenêtres de l’habitation. Le figuier est conservé, et au devant de lui, des arbustes et de nouvelles vivaces se déploieront. Le but, malgré l’espace contraint est de proposer un jardin qui soit aussi nourricier.

Un stockage des eaux de pluie est conseillé aux clients, afin de collecter cette ressource gratuite pour l’arrosage du jardin. La cuve sera située à proximité de la descente de gouttière, masquée par les végétaux.

Affiner le projet

Suite à ses propositions, les clients ont demandé quelques modifications au projet.

La mise en place d’un abri-vélos a complété le cahier des charges initial.

Proposition pour un abri-vélos sur-mesure : structure en bois et toit en polycarbonate

Des ajustements en terme de matériaux de sol ont aussi été réalisés, afin de rester dans l’enveloppe budgétaire.

Les dalles en pierre bleue du Hainaut ont laissé place à des dalles gravillonnées. Celles-ci sont déjà usitées actuellement : elles seront complétées pour les besoins du projet. Leur esthétique étant un peu plus massive, il a été décidé de les disposer en pas japonais, pour les noyer dans la pelouse.

Concernant la palette végétale, les fleurs sont aussi au rendez-vous, ainsi que les plantes aromatiques et comestibles. Les petits fruits (groseilliers, cassissiers, fraisiers) pousseront au pied du mur exposé au Sud. Sur celui-ci, kiwi et raisin offriront leurs fruits en fin d’été.

En plus du figuier, un pommier ‘Belle Joséphine’ permettra de récolter des fruits.

Extrait de la palette végétale proposée : plante condimentaire, comestible, médicinale, mellifère

Ces différentes plantes procureront à leurs propriétaires des herbes fraîches pour la cuisine (ou les mojitos! :D), des fruits frais, des baies pour réaliser confitures ou gelées…

Les plantes mellifères seront une source de nourriture pour les insectes, dont la présence contribuera à créer un écosystème équilibré.

Des plans à la mise en œuvre

La mise en œuvre du jardin se déroulera au début de l’année 2020. La saison de plantation pour les arbres et les arbustes se déploie de novembre à mars.

On conseille généralement de planter les vivaces au printemps. Je pense, pour ma part, que l’on peut les installer avant (en dehors des périodes de gel), car elles peuvent ainsi débuter leur enracinement plus tôt, et ce d’autant que nos hivers sont parfois très doux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *