Un an dans la vie d’une forêt

Lecture

Un an dans la vie d’une forêt

Un an dans la vie d’une forêt, de David G. Haskell , Traduit par Thierry Piélat Collection Libres Champs, Éditions Flammarion, 2014

Merveilleux livre qui nous permet de suivre un biologiste s’immerger dans une forêt du Tennessee pendant un an.

David G. Haskell prend le parti d’observer 1m² de forêt et d’écrire à chacun de ses passages un chapitre sur les vies qui se croisent au cœur du bois. Sa parole va bien au-delà de la simple description, elle nous entraîne sur le chemin de la compréhension du vivant, sur les relations entre chaque être de la forêt, qu’ils soit animal ou végétal. On comprend les interactions de chaque élément du vivant, où comment une action humaine à l’autre bout du continent américain aura une conséquence sur ce m² de forêt primaire. Comment le « petit bout » est lié au grand tout, à l’écosystème planétaire. On apprend à chaque page, sur le mode de vie des végétaux ou des animaux, on entrevoit les raisons pour lesquelles l’évolution a conduit à façonner tel animal ou végétal pour s’adapter à son environnement.

Les conséquences des actions humaines sont illustrées concrètement au travers de ce petit espace, non sans parfois une bonne dose d’ironie et d’humour. Comme ce chapitre ou l’auteur trouve deux balles de golf au sein du « mandala » qu’il a décidé d’observer: que faire? Les y laisser ou les enlever?

Une balle de golf est la manifestation de l’esprit ludique d’un primate africain intelligent. Ce primate adore inventer des jeux pour éprouver ses capacités physiques et mentales. Généralement, ces jeux se pratiquent sur des répliques soigneusement reconstituées de la savane où le grand singe est originaire et dont il continue de rêver subconsciemment. Le primate intelligent est de ce monde. Ses productions le sont peut-être aussi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *